Facebook
Instagram

Isabelle Hayeur

Isabelle Hayeur Looking-back (série Desert Shores), 2015-2016 Jet d’encre sur papier polyester, monté sur Dibond Inkjet print on polyester mounted on Dibond Edition 3 Image : 61 x 91 cm (24” x 36”) Papier_Paper : 76 x 106,5 cm (30” x 42”)

Isabelle Hayeur
Looking-back (série Desert Shores), 2015-2016
Jet d’encre sur papier polyester, monté sur Dibond
Inkjet print on polyester mounted on Dibond
Edition 3
Image : 61 x 91 cm (24” x 36”)
Papier_Paper : 76 x 106,5 cm (30” x 42”)

Isabelle Hayeur Marea Roja (série Desert Shores), 2015-2016 Jet d’encre sur papier polyester, monté sur Dibond Inkjet print on polyester mounted on Dibond Edition 3 Image : 61 x 91 cm (24” x 36”) Papier_Paper : 76 x 106,5 cm (30” x 42”)

Isabelle Hayeur
Marea Roja (série Desert Shores), 2015-2016
Jet d’encre sur papier polyester, monté sur Dibond
Inkjet print on polyester mounted on Dibond
Edition 3
Image : 61 x 91 cm (24” x 36”)
Papier_Paper : 76 x 106,5 cm (30” x 42”)

Isabelle Hayeur Desert Shores [exposition_exhibition], 2016 Galerie Hugues Charbonneau, Montréal, Canada

Isabelle Hayeur
Desert Shores [exposition_exhibition], 2016
Galerie Hugues Charbonneau, Montréal, Canada

Isabelle Hayeur Desert Shores [exposition_exhibition], 2016 Galerie Hugues Charbonneau, Montréal, Canada

Isabelle Hayeur
Desert Shores [exposition_exhibition], 2016
Galerie Hugues Charbonneau, Montréal, Canada

Démarche

Isabelle Hayeur est reconnue pour ses photographies grands formats et ses vidéos expérimentales. Elle a aussi réalisé plusieurs installations in situ ainsi que des commandes publiques. Dès les années 1990 et 2000, soit très tôt dans sa carrière, Hayeur a exercé une influence notable sur la photographie contemporaine canadienne par les procédés digitaux de manipulation et de montage qu’elle a développés pour produire ses images. Son approche se situe dans la perspective d’une critique environnementale, urbanistique et sociale, avec un intérêt particulier pour les sentiments d’aliénation, de déracinement et de désenchantement.

Isabelle Hayeur problématise la tradition de la photographie de paysage pour sonder de quelles manières et à quel prix nos civilisations contemporaines investissent voire asservissent leurs environnements. Elle a surtout travaillé à partir de territoires altérés, d’étalements périurbains, de zones industrielles, de sites touristiques, de lieux abandonnés ou de secteurs défavorisés. Ses premières séries sont le fruit de subtiles recombinaisons numériques d’images captées à différents emplacements – sortes de fausses topographies qui visent à produire des synthèses économiques et écologiques de divers dérèglements. À l’instar de nos systèmes qui assaillent la nature, Hayeur altère ainsi nos perceptions en recomposant des paysages urbains ou sauvages. Son plus récent travail revêt une connotation plus documentaire en esquivant le collage numérique. Il se fait plutôt preuve directe de dérives actuelles, ce qui nous offre un accès inhabituel à des endroits reculés, ignorés…

Ses œuvres cherchent à montrer comment nous prenons possession des territoires et des êtres pour les adapter à nos besoins; cette logique instrumentale tend à envahir tous les champs de l’activité humaine aujourd’hui. Isabelle Hayeur est préoccupée par le devenir des lieux et des communautés dans le contexte néolibéral actuel. Son approche artistique examine les relations entre nature et culture dans un monde où leur (fausse) opposition est une idéologie dominante qui structure encore les sociétés occidentales. Sa pratique artistique s’avère à la fois politique et poétique, avec un constant souci de brouiller les pistes afin de mettre en relief l’ambivalence de notre rapport au monde. Séduisantes mais inquiétantes, ses images éveillent en nous un sentiment ambigu qui reflète notre inconfort et révèle les failles d’un système déshumanisé.

Isabelle Hayeur Écume d'étang (série Underworld), 2015 Édition 5 127 x 91 cm (50

Isabelle Hayeur
Écume d’étang (série Underworld), 2015
Édition 5
127 x 91 cm (50″ x 36″)

Isabelle Hayeur Limulus (série Underworld), 2015 Jet d’encre sur papier polyester, monté sur aluminium avec traitement UV Ink jet prin on polyester mounted on aluminium with UV traitement Édition 5 47 x 158 cm (18

Isabelle Hayeur
Limulus (série Underworld), 2015
Jet d’encre sur papier polyester, monté sur aluminium avec traitement UV
Ink jet prin on polyester mounted on aluminium with UV traitement
Édition 5
47 x 158 cm (18″ x 62″)

Isabelle Hayeur Death in Absentia 06 (série Underworld), 2011 Impression jet d’encre sur polyester, monté sur aluminium avec traitement UV Ink jet prin on polyester mounted on aluminium with UV traitement Édition 5 102 x 183 cm (40’’ x 72’’)

Isabelle Hayeur
Death in Absentia 06 (série Underworld), 2011
Impression jet d’encre sur polyester, monté sur aluminium avec traitement UV
Ink jet prin on polyester mounted on aluminium with UV traitement
Édition 5
102 x 183 cm (40’’ x 72’’)

Isabelle Hayeur Épaves, 2013 Installation vidéo in situ, projection sur écran d'eau Insitu video installation, projection on  wall of water Espace [iM]Media, Sherbrooke, 2013

Isabelle Hayeur
Épaves, 2013
Installation vidéo in situ, projection sur écran d’eau
Insitu video installation, projection on wall of water
Espace [iM]Media, Sherbrooke, 2013

Biographie

Isabelle Hayeur (n. 1969) détient un baccalauréat (1996) et une maîtrise (2002) en arts visuels de l’Université du Québec à Montréal. Ses œuvres ont été présentée au sein de nombreuses expositions collectives, entre autres au Ryerson Image Centre (Toronto) (2016);auMuseo Cultural (Santa Fe) (2016);auToday Art Museum (Beijing) (2015); au New Orleans Museum of Art(2015); au Centre culturel canadien (Paris) (2012); au Tampa Museum of Art (2008); au Akbank Sanat (Istanbul) (2008); au Musée d’art contemporain de Montréal (2006); au Neuer Berliner Kunstverein (Berlin) (2005); et au Casino Luxembourg Forum d’art contemporain (2005). Parmi ses expositions individuelles, mentionnons celles du Centre Expression de Saint-Hyacinthe en collaboration avec le Musée régional de Rimouski (2013); du Musée national des beaux-arts du Québec en circulation à travers le Canada (2006-2007); et du Massachusetts Museum of Contemporary Arts (2004).

Elle participe également à plusieurs manifestations d’envergure, telles les Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie (2013, 2014, 2016), la Biennale canadienne du Musée des beaux-arts du Canada (2010, 2014), la Biennale de Montréal (2014), la Triennale québécoise (2008) et les Rencontres internationales de la photographie à Arles (2006). Ses œuvres vidéographiques sont largement diffusées depuis les années 1990 au sein de festivals à travers le Canada, la France, l’Allemagne, les États-Unis, l’Espagne, le Brésil, le Chili, l’Australie et bien d’autres.

Ses œuvres figurent dans plus d’une vingtaine de collections, dont celles du Musée des beaux-arts du Canada, du Fonds national d’art contemporain à Paris, de l’Art Gallery of Ontario, de la Vancouver Art Gallery, duMusée de la photographie canadienne,du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée national des beaux-arts du Québec, du New Orleans Museum of Art et du Museum of Contemporary Photography in Chicago.Isabelle Hayeur est représentée par la Galerie Hugues Charbonneau à Montréal. Elle vit et travaille à Rawdon, Québec.

Isabelle Hayeur Complicité (série Oikos), 2007 Impression au jet d’encre montée sur acrylique mat Inckjet print face mounted under mat acrylic Édition 5 201 x 150 cm (79’’ x 59’’)

Isabelle Hayeur
Complicité (série Oikos), 2007
Impression au jet d’encre montée sur acrylique mat
Inckjet print face mounted under mat acrylic
Édition 5
201 x 150 cm (79’’ x 59’’)

Isabelle Hayeur Day Trading (série Nuits américaines), 2006 Jet d’encre sur papier polyester, monté sur aluminium avec traitement UV Ink jet prin on polyester mounted on aluminium with UV traitement Édition 5 109 x 165 cm (43

Isabelle Hayeur
Day Trading (série Nuits américaines), 2006
Jet d’encre sur papier polyester, monté sur aluminium avec traitement UV
Ink jet prin on polyester mounted on aluminium with UV traitement
Édition 5
109 x 165 cm (43″ x 65″)

Isabelle Hayeur Bindsights (série Excavations), 2005 Jet d’encre sur papier polyester, monté sur aluminium avec traitement UV Ink jet prin on polyester mounted on aluminium with UV traitement Édition 5 267 x 152 cm  (105

Isabelle Hayeur
Bindsights (série Excavations), 2005
Jet d’encre sur papier polyester, monté sur aluminium avec traitement UV
Ink jet prin on polyester mounted on aluminium with UV traitement
Édition 5
267 x 152 cm (105″ x 60″)

Isabelle Hayeur Plaisance (série Destinations), 2003 Jet d’encre sur papier polyester, monté sur aluminium avec traitement UV Ink jet prin on polyester mounted on aluminium with UV traitement Édition 5 96 x 386 cm (33

Isabelle Hayeur
Plaisance (série Destinations), 2003
Jet d’encre sur papier polyester, monté sur aluminium avec traitement UV
Ink jet prin on polyester mounted on aluminium with UV traitement
Édition 5
96 x 386 cm (33″ x 152″)

Isabelle Hayeur Destinations [exposition_exhibition], 2013

Isabelle Hayeur
Destinations [exposition_exhibition], 2013

Isabelle Hayeur L'île, 1998 C-print Édition 5 112 x 245 cm (44

Isabelle Hayeur
L’île, 1998
C-print
Édition 5
112 x 245 cm (44″ x 96″)