Facebook
Instagram
Isabelle Hayeur

Textes

Biographie et démarche

Née en 1969 à Montréal, Isabelle Hayeur vit et travaille au Québec. Elle détient un baccalauréat (1996) et une maîtrise (2002) en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal. Artiste de l’image, elle est connue pour ses photographies grands formats et ses vidéos expérimentales. Elle a aussi réalisé plusieurs installations in situ ainsi que des commandes publiques. Son approche se situe dans la perspective d’une critique environnementale, urbanistique et sociale. Elle est particulièrement intéressée par les sentiments d’aliénation, de déracinement et de désenchantement.

Depuis la fin des années 1990, Isabelle Hayeur sonde les territoires qu’elle parcourt pour comprendre comment nos civilisations contemporaines investissent et façonnent leurs environnements. Elle a surtout documenté des paysages altérés, des zones industrielles, des sites touristiques, des lieux abandonnés, des banlieues et des régions défavorisées. Elle est préoccupée par le devenir des lieux et des communautés dans le contexte sociopolitique néolibéral que nous connaissons actuellement. Son approche artistique examine les relations entre nature et culture dans un monde où leur (fausse) opposition est une idéologie dominante qui structure encore nos sociétés occidentales. Lorsque le principe d’utilité prime sur toutes les autres valeurs et que l’économie devient souveraine, tout est envisagé comme « ressource » à dépouiller ou comme site à occuper. Ses œuvres cherchent à montrer comment nous prenons possession des territoires et des êtres pour les adapter à nos besoins; cette logique instrumentale tend à envahir tous les champs de l’activité humaine aujourd’hui. Sa pratique artistique s’avère à la fois politique et poétique, avec un constant souci de brouiller les pistes afin de mettre en relief l’ambivalence de notre rapport au monde. À la fois séduisantes et inquiétantes, ses images éveillent en nous un sentiment ambigu qui reflète notre inconfort et révèle les failles d’un système déshumanisé.

Les œuvres d’Isabelle Hayeur ont été largement diffusées. Elle a participé à plusieurs présentations publiques importantes, entre autres au Musée d’art contemporain de Montréal, au Massachusetts Museum of Contemporary Arts, au Neuer Berliner Kunstverein (Berlin), au Centre Culturel Canadien (Paris), au Casino Luxembourg Forum d’art contemporain, au Tampa Museum of Art, au Today Art Museum (Beijing) et à Akbank Sanat (Istanbul). En 2006, les travaux de Hayeur ont fait l’objet d’une exposition personnelle au Musée national des beaux-arts du Québec et à Oakville Galleries. Accompagnée d’une monographie, cette exposition a ensuite été présentée à travers le Canada. La même année, elle participa aux Rencontres internationales de la photographie à Arles, dans le cadre du prix Découverte. En 2010 et 2014, ses oeuvres ont été présentées dans le cadre de la Biennale Canadienne du Musée des beaux-arts du Canada.

Hayeur a fait plusieurs résidences d’artistes, dont la Rauschenberg Residency (Floride), le International Studio & Curatorial Program ISCP (New York), A Studio in the Woods, Tulane University (Nouvelle-Orléans) et le Bemis Center for Contemporary Arts (Omaha). Elle a aussi réalisé des missions photographiques, notamment au Wall House #2 Foundation (Groningen), à L’Espace Photographique Contretype (Bruxelles), à La Chambre (Strasbourg), à Diaphane (Picardie), au Centre VU et à L’Espace F au Québec.

Ses œuvres figurent dans une vingtaine de collections, dont celles du Musée des beaux-arts du Canada, du Fonds national d’art contemporain à Paris, de la Art Gallery of Ontario, de la Vancouver Art Gallery, du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée national des beaux-arts du Québec, du New Orleans Museum of Art et du Museum of Contemporary Photography de Chicago.