Facebook
Instagram

Jean-Benoit Pouliot

Jean-Benoit Pouliot Glissement découpé 1, 2015 Impression jet d’encre sur papier glacé opaque, monté sous plexi sans reflet, sur sintra Ink jet print on glossy opaque paper, mounted under plexi without reflexion, on sintra 36 x 32 cm (14’’ x 12 1/2’’)

Jean-Benoit Pouliot
Glissement découpé 1, 2015
Impression jet d’encre sur papier glacé opaque, monté sous plexi sans reflet, sur sintra
Ink jet print on glossy opaque paper, mounted under plexi without reflexion, on sintra
36 x 32 cm (14’’ x 12 1/2’’)

Jean-Benoit Pouliot Sans titre, 2017 Impression jet d’encre, montée sous plexi, sur alupanel Ink jet print, mounted under plexi, on alupanel 102 x 99 cm (40” x 39”)

Jean-Benoit Pouliot
Sans titre, 2017
Impression jet d’encre, montée sous plexi, sur alupanel
Ink jet print, mounted under plexi, on alupanel
102 x 99 cm (40” x 39”)

Jean-Benoit Pouliot Lunettes superposantes, 2016 Lunettes modifiées et miroirs Modified glasses and mirror

Jean-Benoit Pouliot
Lunettes superposantes, 2016
Lunettes modifiées et miroirs
Modified glasses and mirror

Jean-Benoit Pouliot Sans-titre, 2017 Acrylique sur toile Acrylic on canvas 35,5 x 27,9 cm (14” x 11”)

Jean-Benoit Pouliot
Sans-titre, 2017
Acrylique sur toile
Acrylic on canvas
35,5 x 27,9 cm (14” x 11”)

Jean-Benoit Pouliot, L'image souple : Inclinaisons et déclinaisons [exposition_exhibition], 2017, Galerie Hugues Charbonneau, Montréal, Canada.

Jean-Benoit Pouliot, L’image souple : Inclinaisons et déclinaisons [exposition_exhibition], 2017, Galerie Hugues Charbonneau, Montréal, Canada.

Jean-Benoit Pouliot L'image soupe : Inclinaisons et déclinaisons, 2017 Galerie Hugues Charbonneau, Montréal, Canada

Jean-Benoit Pouliot
L’image soupe : Inclinaisons et déclinaisons, 2017
Galerie Hugues Charbonneau, Montréal, Canada

Démarche

Le travail de Jean-Benoit Pouliot s’articule autour d’enjeux formels liés à la composition et à la lecture de l’image en peinture. Ses œuvres abstraites se présentent comme des superpositions de plans et de réseaux qui provoquent des effets de push-and-pull complexes et subtils. Ces minces couches de matière additionnées suggèrent une profondeur et génèrent des espaces immatériels qui semblent s’étendre au-delà des limites physiques du tableau. La surface picturale est à chaque fois partagée suivant différents rythmes que l’artiste ponctue de formes organiques et géométriques.

Pouliot évite de prédéfinir ses toiles par des esquisses ou des plans et privilégie plutôt un travail progressif qui inclut un temps de recul entre chaque intervention. Durant une même séance de travail, il opère sur plusieurs tableaux simultanément de manière à établir un dialogue entre des œuvres à peine entamées et d’autres plus abouties. Ainsi, les interruptions qu’il provoque deviennent une composante déterminante dans le processus constructif de ses toiles. L’artiste vient suspendre ces dernières dans un état provisoire qui a pour effet d’ouvrir leur potentiel non seulement à l’action du temps présent, mais aussi à des influences picturales extérieures. Cette approche tend ultimement à rendre le temps de l’atelier visible à la surface du canevas et nourrit l’idée d’un flux qui lierait chacune de ses toiles achevées et à venir dans un continuum temporel recelant un potentiel de contamination positive.

Ces pratiques exploratoires produisent un certain éclectisme au sein de l’œuvre de Jean-Benoit Pouliot, mais cette variété affichée se fonde sur une implacable logique qui résiste au système ou à la série pour contenir et diviser son travail en périodes fixes. L’artiste invite plutôt le spectateur à considérer l’unicité de chaque tableau comme le siège d’une expérience perceptive se déployant indépendamment de l’idée d’un corpus d’œuvres fermé et arrêté dans le temps. La cohérence du travail de Pouliot se trouve non pas dans une thématique précise traitée de manière sérielle, mais bien au fondement même de la démarche plus vaste de l’artiste qui, depuis près d’une quinzaine d’années, explore les concepts de rythme, de transparence, de superposition, de réseau linéaire et d’accident à travers la peinture, la performance, la gravure ou la photographie.

Jean-Benoit Pouliot Sans titre, 2014 acrylic sur toile acrylic on canvas 67

Jean-Benoit Pouliot
Sans titre, 2014
acrylic sur toile
acrylic on canvas
67″ x 52″

Jean-Benoît Pouliot Sans titre, 2014 Épreuve numérique aux pigments, archive, plexi UV Archival pigment print, plexi UV 51 x 37 cm (20

Jean-Benoît Pouliot
Sans titre, 2014
Épreuve numérique aux pigments, archive, plexi UV
Archival pigment print, plexi UV
51 x 37 cm (20″ x 14 ½ »)
Édition de 3

Jean-Benoît Pouliot Sans titre, 2014 Épreuve numérique aux pigments, archive, plexi UV Archival pigment print, plexi UV 51 x 37 cm (20

Jean-Benoît Pouliot
Sans titre, 2014
Épreuve numérique aux pigments, archive, plexi UV
Archival pigment print, plexi UV
51 x 37 cm (20″ x 14 ½ »)
Édition de 3

Pouliot - Point ligne plan - photo Eliane Excoffier

Jean-Benoit Pouliot, installation Point, ligne, plan, point, ligne, plan, point, ligne plan, Galerie Hugues Charbonneau, 2013 (photo : Éliane Excoffier)

Biographie

Autodidacte, Jean-Benoit Pouliot (n. 1975) amorce sa carrière artistique au début des années 2000 par l’entremise de la gravure. De 2004 à 2008, il œuvre au sein du duo de performance L’œil de verre qui utilise la lumière comme matière première et collabore avec divers acteurs de la scène musicale actuelle. La peinture acquiert une place centrale dans sa pratique à compter de 2008, et depuis, Pouliot a pris part à plusieurs expositions collectives au Québec et à New York. Son travail a fait l’objet d’expositions individuelles notamment à la Galerie Hugues Charbonneau (2014 et 2012), à la Galerie d’art d’Outremont (2011) et au siège social du Cirque du Soleil (2006). Pouliot a également participé à la manifestation d’art public Aires libres à Montréal (2014), à l’événement Peinture Extrême à Montréal (2013 et 2010) ainsi qu’au Mois Multi 10 : festival international d’arts multidisciplinaires et numériques à Québec (2009).

Ses œuvres sont présentes au sein de nombreuses collections privées et institutionnelles : Musée national des beaux-arts du Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Loto-Québec, Banque Nationale, Banque de Montréal, Banque TD, Mouvement Desjardins et Collection du Cirque du Soleil, entre autres. Jean-Benoit Pouliot est représenté par la Galerie Hugues Charbonneau à Montréal. L’artiste vit et travaille à Montréal.

Jean-Benoit Pouliot (installation), Galerie Hugues Charbonneau, 2012 (photo : Éliane Excoffier)

Jean-Benoit Pouliot (installation), Galerie Hugues Charbonneau, 2012 (photo : Éliane Excoffier)

Jean-Benoît Pouliot, Sans titre (série Interférences)  (A), 2012, acrylique sur toile, acrylic on canvas,  67

Jean-Benoît Pouliot, Sans titre (série Interférences) (A), 2012, acrylique sur toile, acrylic on canvas, 67″ x 52″

Jean-Benoît Pouliot (série Staccato) b, 2012, acrylique sur toile, acrylic on canvas, 67

Jean-Benoît Pouliot (série Staccato) b, 2012, acrylique sur toile, acrylic on canvas, 67″ x 52″

Jean-Benoit Pouliot, Sans titre (série Interférences)  (B), 2012, acrylique sur toile, acrylic on canvas,  67

Jean-Benoit Pouliot, Sans titre (série Interférences) (B), 2012, acrylique sur toile, acrylic on canvas, 67″ x 52″

Installation, Sueurs, Galerie d’art d’Outremont, 2011