Facebook
Instagram
Maria Hupfield

Textes

Démarche

Le travail de Maria Hupfield se déploie à travers la performance, l’installation, la sculpture, la vidéo, la photographie et le collage. Son approche puise dans les traditions Anishinaabe ainsi que dans l’histoire de la performance pour créer des actions et des objets qui fonctionnent comme des agents de médiation entre le corps et l’environnement naturel ou urbain. Hupfield centre ses recherches autour de la mémoire, des lieux et du corps, notions qui lui permettent de sonder des questions relatives aux frontières, à la mémoire culturelle, au pouvoir, à la culture matérielle et à l’identité.

Depuis près de dix ans, elle développe un langage visuel caractérisé par l’emploi de feutre industriel, de matériaux métalliques ainsi que de matières organiques. Les objets malléables – vêtements et accessoires, sacs de voyage, ossements, trophées, etc. – que fabrique Hupfield en tissu gris ou métallique entrent en résonnance avec différentes symboliques comme la mortalité, la connexité au monde naturel, les pulsions primaires ou la transmission des traditions. L’artiste revêt ou transporte ces accessoires sculpturaux qui, exposés par la suite, deviennent les témoins ou les traces de ses performances lors desquelles elle met son corps à l’épreuve par l’entremise de chorégraphies d’actes répétitifs ou de marches initiatiques dans la nature entre autres. Hupfield a régulièrement recourt à la tradition orale Anishinaabe ainsi qu’à la structure du rituel qui accordent tous deux un intérêt particulier à la place du spectateur, à son inclusion sensorielle et émotionnelle.

En s’ancrant dans une histoire nord-américaine de l’art autochtone contemporain ainsi que dans une histoire de la performance qui rappelle au passage Jimmie Durham et Joseph Beuys, les interrogations de Maria Hupfield sur notre présence au monde et sur notre mémoire culturelle ouvrent un riche dialogue entre les héritages occidentaux et non occidentaux.

Biographie

Maria Hupfield (n. 1975) est une artiste canadienne d’héritage Anishinaabe (Ojibwé) et membre de la Première Nation Wasauksing en Ontario. Elle détient un baccalauréat en arts visuels, avec une spécialisation en histoire de l’art et une mineure en études autochtones, de l’University of Toronto ainsi qu’une maîtrise en arts visuels de la York University de Toronto. En plus d’avoir enseigné dans ces deux établissements, Hupfield a également été chargée de cours à l’Emily Carr University of Art + Design à Vancouver. Elle est membre du Social Health Performance Club, New York.

En 2015, son travail fera l’objet d’une nouvelle exposition individuelleà la MacKenzie Art Gallery, Regina (SK), faisant suite à celles de la Galerie Hugues Charbonneau en 2015 et 2013 et de l’Art Gallery of Southwestern Manitoba en 2011. De nombreuses institutions au Canada, aux États-Unis et en Europe ont également présenté ses œuvres ou ses performances dans le cadre d’expositions collectives, nommons le Musée d’art contemporain des Laurentides, Saint-Jérôme (QC) (2015); le North American Native Museum (NONAM), Zurich (2014); le Smithsonian’s National Museum of the American Indian, Washington D.C. (2013); le Museum of Art and Design, New York (2012); le Museum of Contemporary Native Arts, Santa Fe (2011); le Musée McCord, Montréal (2011); et l’Art Gallery of Alberta, Edmonton (2010). De plus, Hupfield a récemment pris part à trois expositions majeures s’intéressant spécifiquement à l’art contemporain autochtone : Sakahàn. Art indigène international (2013), Musée des beaux-arts du Canada; Beat Nation. Art, Hip Hop and Aboriginal Culture (2012-2014), Vancouver Art Gallery; et Before and After the Horizon: Anishinaabe Art of the Great Lakes Region (2013-2014), coproduite par le Smithsonian’s National Museum of the American Indian et l’Art Gallery of Ontario. Elle était aussi de la Bronx Calling: Third AIM Biennale (2015) au Bronx Museum of the Arts, New York, et du festival de films ImagineNATIVE (2015) à Toronto.

Maria Hupfield est récipiendaire d’une bourse {Re}Conciliation (2015) du Conseil des arts du Canada. En 2014, elle a été sélectionnée au sein du programme de développement professionnel Artist in the Marketplace (AIM) chapeauté par le Bronx Museum of the Arts, et en 2013, elle a reçu une prestigieuse bourse du Joan Mitchell Painters and Sculptors Grant Program. Ses œuvres sont présentes dans des collections publiques et privées au Canada, aux États-Unis et en Europe. Maria Hupfield est représentée par la Galerie Hugues Charbonneau à Montréal. Elle vit et travaille à Brooklyn, New York.