Facebook
Instagram

Situation #5 : Nadège Grebmeier Forget : Instagram Takeover

juillet 22nd, 2017 § 0 comments § permalink

Dans le cadre de notre programmation estivale « 8 artistes : 8 situations », la Galerie Hugues Charbonneau à le plaisir d’accorder carte blanche à l’artiste de performance Nadège Grebmeier Forget qui, pour une durée de 24 heures uniquement, occupera l’espace de la galerie pour produire une série d’interventions, d’images et de vidéos exclusives à notre compte Instagram. De minuit le 28 juillet à minuit le 29 juillet 2017, suivez cette enfilade intensive à l’aide du hashtag

#nadegegforgettakeover

 

Démarche artistique
La pratique artistique de Nadège Grebmeier Forget provoque une réflexion sur la consommation sous-jacente à l’acte de regarder et aux relations de pouvoir qu’il implique. Son travail s’inscrit dans une préoccupation particulière pour la réappropriation et le rôle de la médiation dans la performance, construction et fiction de l’identité mise en scène. Circulant tant dans le milieu des arts visuels que celui des arts vivants, elle a pris part à de nombreux événements, festivals, conférences, résidences et expositions aussi bien au Canada, aux États-Unis qu’en Europe. Vulnérable, intimiste, baroque et décadente, elle « cuisine l’inconfort ».

www.nadege-grebmeier-forget.com

Situation #4 : Maria Hupfield : KA-POW!

juillet 18th, 2017 § 0 comments § permalink

Exposition de l’œuvre publique KA-POW! au Square Victoria

Dans le cadre de la Promenade Fleuve-Montagne, un projet de legs du 375e anniversaire de Montréal #PromenadeFM.

Maria Hupfield
KA-POW!, 2017
Sculpture publique
Public sculpture
(Photo: Sébastien Roy, DHC\ART)

KA-POW!

Le mot KA-POW! évoque l’action, la force, le mouvement, le souffle et le son. L’installation KA-POW! est composée de deux bancs fixés au terrain du parc du Square Victoria. Les banquettes, l’une à la forme d’éclair, et l’autre d’étoile rappelant celle des motifs des couvertures traditionnelles et d’une bulle de texte, ont été réfléchies par l’artiste tel un acte d’union entre l’espace public et l’environnement naturel de l’homme. Disposés sur différents niveaux depuis le sol, les sièges de bois supportent le public sous l’auvent que forme le feuillage des arbres avoisinants. Au regard de ce mandat et des spécificités liées à ce site, l’artiste de performance Maria Hupfield, actuellement basée à Brooklyn, utilise la puissance d’attraction naturelle de l’arbre en tant qu’intersection favorisant les rencontres sociales. KA-POW! s’inscrit dans le Sentier de résilience défini par la commissaire Cheryl Sim, en partenariat avec le Centre Phi et DHC/ART, au cœur de la Promenade Fleuve-Montagne.

Maria Hupfield
KA-POW!, 2017
Sculpture publique
Public sculpture
(Photo: Sébastien Roy, DHC\ART)

 

Maria Hupfield
La production artistique de Hupfield se déploie notamment à travers la performance en direct. Dans le cadre de sa pratique, elle conçoit des actions et des objets qui fonctionnent comme des agents de médiation entre le corps et l’environnement naturel ou urbain. L’artiste est particulièrement engagée dans les approches concernant l’intersectionnalité, le féminisme indigène, la race, le genre et les classes sociales. Hupfield est membre de la Première Nation Anishinaabe à Wasauksing en Ontario. Sa plus récente exposition solo itinérante intitulée The One Who Keeps On Giving marque l’ouverture du trentième anniversaire de la galerie Power Plant à Toronto. Diplômée du programme AIM au Bronx Museum, l’artiste est également récipiendaire de la bourse de la Fondation Joan Mitchell. Mentionnons aussi sa participation aux Biennales BRIC et SITE à Santa Fe, si bien que ses expositions à la James Gallery, au musée du Bronx, chez Vox Populi ainsi qu’au Panoply Performance Laboratory. Hupfield faisait aussi partie de l’exposition de groupe Beat Nation. Art, Hip Hop and Aboriginal Culture (2012-2014) présentée à la Vancouver Art Gallery, la Power Plant Contemporary Art Gallery ainsi qu’au Musée d’art contemporain de Montréal.

Situation #3 : Cynthia Girard-Renard

juillet 7th, 2017 § 0 comments § permalink

Lancement du livre Le Renard-Vulve / Satan Narval
Mercredi 12 juillet de 17h00 à 19h00 au bar Le Cheval blanc

809 rue Ontario E., Montréal

C’est avec plaisir que l’artiste visuelle et poète Cynthia Girard-Renard vous invite au lancement de son nouveau livre intitulé Le Renard Vulve. Écrit sous le pseudonyme Satan Narval, Cynthia Girard-Renard vous convie à un festin où les animaux sont les acteurs-clés d’un roman érotico-poétique dont l’action se situe sur le Mont-Royal.

Récit élaboré autour de deuils multiples, la narratrice, accompagnée de son chien, part à la recherche de l’être aimé sur la Montagne, matrice originelle de l’intrigue. Sur son chemin, elle rencontre un couple de mouffettes lesbiennes BDSM, une chauve-souris danseuse nue, un grand pic, une barmaid raton-laveur et de nombreux autres protagonistes.

À travers une série d’aventures sexuelles et d’amitiés inter-espèces, la narratrice, telle Alice au pays des Morts-Veillent, vous convie à un récit effréné, tel Le voyage au bout de la Montagne dont vous ne sortirez pas indemnes et qui vous fera voir le Mont-Royal différemment pour toujours 

Au sujet de Cynthia Girard-Renard 

Satan Narval alias Cynthia Girard-Renard est artiste visuelle et poète. Ses publications incluent J’ai percé un trou dans ma tête, Héliotrope, 2010, Le Soleil et l’électron, Tryptique, 2005, La Fureur des wapitis, Lanctôt éditeur, 2000, et Nous lirons du bout des yeux, Écrits des forges 1996. Sa plus récente exposition collective intitulée Les Fleurs animales prenait place au centre d’artistes l’Écart à Rouyn-Noranda en mai 2017. Ses projets à venir incluent La Main invisible à la galerie McClure, Westmount septembre 2017 et Les Aventures du Renard Vulve à la galerie Hugues Charbonneau qui la représente en novembre 2017. Mentionnons aussi son exposition Fictions sylvestres en solo au Musée d’art contemporain de Montréal en 2005, Tous les oiseaux sont ici, Kunstlerhaus Bethanien, Berlin (2009), Uncicorns and Dictators, Esker Fondation, Calgary (2014) et sa participation à venir à la Biennale du Canada présentée au Musée National des Beaux-Arts du Canada à l’automne 2017.

Descriptif
Satan Narval, Le Renard Vulve, écrit et illustré par Cynthia Girard-Renard,
Montréal, 196 p.
Conception graphique : Francine Savard
Impression : Anteism et BookArt
Prix : 25$

Le livre sera disponible pour commande en ligne : http://anteism.com/shop/renardvulve
Ainsi qu’à Montréal  à la galerie Hugues Charbonneau, à la librairie l’Écume des jours et à la librairie de la galerie Clark.

Situation #2 : Guillaume Adjutor Provost

juillet 7th, 2017 § 0 comments § permalink

Les 5 et 6 juillet 2017, l’artiste Guillaume Adjutor Provost prendra le contrôle du compte Instagram de la Galerie Hugues Charbonneau où il présentera une série d’images en lien avec sa pratique artistique. Cette intervention d’une durée de 48 heures à lieu dans le cadre de notre programmation estivale « 8 artistes : 8 situations ». Toutes les publications d’Adjutor Provost seront visibles à l’aide du hashtag :

#guillaumeadjutorprovosttakeover

Au sujet de Guillaume Adjutor Provost  

À travers un certain indéterminisme des formes, la production de Guillaume Adjutor Provost sonde les manifestations de l’inconscient, la notion d’usage et la construction d’idéaux. Plus spécifiquement, il est question de la périphérie de ce qui fait histoire: la contre-culture, les archives personnelles, le vernaculaire, la science-fiction et les approches psychanalytiques.

Guillaume Adjutor Provost (n. 1987) vit et travaille à Montréal où il a complété un doctorat en étude et pratique des arts à l’UQAM en 2016. Ses recherches portent sur la notion d’art commissarial, à savoir l’utilisation d’approches commissariales comme mode de création. Le travail de Guillaume Adjutor Provost a été diffusé lors d’expositions solos et collectives au Canada, en France, en Allemagne, en Autriche, en Belgique et en Suisse. Parallèlement, sa pratique a été soulignée par l’attribution de la bourse Jean-Claude Rochefort et du prix Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain.

Where am I?

You are currently viewing the archives for juillet, 2017 at Galerie Hugues Charbonneau.